Du Fort d’Alprech au Mont de Couppes : « l’Iron coast » 31 07 2018

Le vent qui élude la menace du temps souffle un discours à nos courageux adhérents. Enveloppement d’abord du Fort par la gauche, deux mots éclairés sur le Phare, puis descente sur Le Portel par le chemin des douaniers nouvellement inauguré. Le tracé bien paillé, confortable à la marche, nous débarque sur la digue protégée par la Vierge Nautonière. Vue sur le Fort de l’Heurt construit par Napoléon, une fortification réalisée en douze mois… à marée basse ! Sur ses grès jurassiques, la mer va isoler pour quelques heures l’« Oyster Island », prisée pour ses moules de nos jours. On enjambe feu l’estuaire du Tihen, centre d’un « petit port » depuis le néolithique. Quelques flobarts témoignent encore de cette vocation. L’assaut du Mont de Couppes offrent des points de vue sur Boulogne, la Pointe aux Oies jusqu’au Cap Gris Nez à l’horizon. Le Mont dissimule les casernements Séré de Rivières, une construction qui avec le Fort de la Crèche, celui d’Alprech, devait protéger la « côte de fer » des assauts ennemis après la guerre de 1870. Retour sous le soleil par le « Rieu de Cat » qui serpente dans la pente entre des blockhaus d’une autre époque.

APH
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now